Réflexions estivales

Posté le 24 juillet 2018 par Pierre-Yves Lenoble dans Articles

nef_des_fous_aa

-Les pseudo-catholiques traditionalistes qui dénoncent la gnose n’ont pas honte d’afficher les ténèbres de leur ignorance et de leur agnosticisme (suivant l’étymologie stricte de ces mots) ; s’ils avaient lu le Nouveau-Testament en grec, et non pas celui écrit en langue vernaculaire, ils auraient constaté que le terme gnosis (traduit en français par « sagesse » mais qui signifie simplement « savoir» ; en revanche, l’epignosis est la « connaissance transcendante » ou « science parfaite » ; voir Épître aux Colossiens III, 10) y est présent 29 fois… il est sûrement plus facile de croire à la légende occultiste de l’anneau magique de Jeanne d’Arc (l’androgyne qui passe par le feu) inventée de toutes pièces par les sociétés secrètes de Charbonniers (les « Bons Cousins ») du parti français que de s’intéresser aux Saintes Écritures dont pourtant on se réclame.

En fait, ces imbéciles confondent diaboliquement la « gnose » chrétienne et le « gnosticisme » hérétique des premiers siècles ; ainsi, tous les Pères de l’Eglise ont condamné le gnosticisme tout en professant eux-mêmes de pures doctrines gnostiques, mais pour comprendre cela il faut avoir lu les Pères de l’Eglise…

 

-Définition de la gnose véritable : tenter par soi-même d’appréhender Dieu, en usant tant de l’Amour que de l’Intellect, et surtout, en devenant petit à petit un pur néant pour s’amalgamer à son non-Être ; « vacare Deo » enseignent les théologiens : « se rendre vide pour accueillir Dieu en soi ».

 

-Hormis la saleté et le bruit, toute ville se présente comme une fidèle anticipation du cimetière, avec ses rues rectilignes, sa concentration de cubes de pierre et sa promiscuité grégaire.

 

-Il n’y aura pas de guerre civile en France peut-être un bain de sang général car il n’y a plus rien qui mérite d’y être défendu ; les gens, quel que fût leur camp ou leur parti, seront seulement prêts à sacrifier leur vie pour continuer à se vautrer grossièrement dans le spectacle, la grosse bouffe, le porno, la drogue et les allocs à gogo.

 

-L’être dépourvu de qualité qui a peur de se retrouver seul face à lui-même ne peut s’octroyer une réalité existentielle éphémère que fondu et confondu au sein d’une foule. Les tribunes des stades, les concerts, les supermarchés ou les quais de métro ressemblent à ces organismes unicellulaires de type microbien : se frotter les uns sur les autres, sentir la sueur de son voisin, se dissoudre dans une promiscuité pansexualiste, pour au final former une tumeur collective sans but, grouillante et beuglante.

1280px-bosch_hieronymus_-_the_garden_of_earthly_delights_right_panel_-_detail_bird-headed_monster_or_the_prince_of_hell_-_close-up_head_lower_right

 -L’histoire des sociétés humaines nous montre partout et toujours 95% de parasites survivant sur le dos de 5% de créateurs. Tout le monde sait très bien qu’il est plus facile de détruire que de construire.

 

-La pollution visuelle est la pire de toute car elle imprègne en profondeur notre conscience et nous suit jusque dans la tombe.

 

-Définition de la civilisation : un groupe humain qui réussit à canaliser l’énergie sexuelle et la violence de ses membres grâce à l’apport d’un projet collectif supra-humain, seul apte à transcender toutes les individualités en concurrence.

 

-Le plus grand ennemi du genre humain est le confort.

 

-Dans une société traditionnelle, l’homme est sujet de son mythe et regarde le monde avec objectivité ; dans une société moderne, l’homme est objet des forces historiques et regarde le monde avec subjectivité.

 

-Dans la vaste décharge à ciel ouvert qui nous servira de pourrissoir mondial futur, tout sera permis exceptés la discipline, le sérieux et la volonté de progresser : amusement obligatoire pour tout le monde !

 bosch-une

-Avant d’avoir des contacts avec des personnes de pays étrangers, nous n’avions pas pris conscience que la France était actuellement la risée de la planète…

 

-Le créateur de ce monde ne tient aucun compte du bonheur ou du malheur de ses créatures : tout être humain reçoit un jour ou l’autre la récompense de ses actes et de ses pensées, il est mangé avec la sauce qu’il s’est lui-même préparée. Quoi de plus juste ?

 

-Notre époque ressemble à s’y méprendre à une vaste pièce de spectacle de mauvais goût : ne parle-t-on pas dans le jargon médiateux des acteurs sociaux, du grand public, du jeu politique, des coulisses du pouvoir, de scène internationale, de théâtre des opérations, de décors urbains, de rôles stratégiques ou encore de scénarios économiques ? Sachant bien sûr qu’ici les loges sont maçonniques, les souffleurs sont les journalopes, les metteurs en scène sont les politicards, les producteurs/scénaristes sont les banksters et le propriétaire de la salle est Satan.

 

-L’homme qui prie le saint-je n’est qu’un vulgaire singe qui se fabrique un malsain jeu…

2 Commentaires le “Réflexions estivales”

  1. Anwen

    La Gnose et les gnostiques chez les hébreux puis dans le Christianisme primitif.
    Pendant l’exil à Babylone, les sociétés secrètes prennent un grand développement. C’est à ce moment que commence l’ordre des Esséniens, qui sont aussi des Thérapeutes.
    Au dernier grade que nous avons mentionné, on a réorganisé les tribus et donné un chef au vieux Sanhédrin ou sénat d’Israël.
    Nous allons voir maintenant, pendant les 70 ans de la captivité, les Mystères s’étendre et se compléter, grâce à la science et à l’activité de Daniel qui, pendant sa longue vie, va s’en occuper activement et fonder plusieurs grades nouveaux.
    D’abord, cette annexe aux anciens Mystères forme un nouveau Chapitre, qu’on va appeler la Voûte de Perfection.
    Le premier grade de ce Chapitre (le 12ème dans la Franc-Maçonnerie) est intitulé le Grand Maître Architecte.
    Et ce qui frappe tout de suite, c’est que, parmi l’éclairage de la salle, on met au Nord une Etoile lumineuse, qui symbolise la lumière qui éclairera le monde dans les temps à venir, suivant la prédiction de Daniel. Au-dessus, tous les attributs des sciences.
    Daniel, représentée par celui qui préside, porte le titre de Grand Maître, qui est sans doute mis pour Grande Maîtresse, car ce personnage est vêtu de la robe blanche pontificale des Prophétesses.
    Les surveillants sont toujours des hommes dans les Mystères primitifs. C’est sans doute pour cela que dans la F.M., le Grand Maître, dans ce grade, est habillé en femme, et les surveillants en hommes.
    L’enseignement donné va encore avoir pour principal objet de rappeler que la connaissance première (Gnose) doit être celle de la loi des sexes. A cet effet, on fait encore intervenir l’Etoile flamboyante.
    Ce grade semble avoir été le point de départ d’une philosophie nouvelle, résumée dans le mot Gnose.
    Cette science dont on va nous parler est celle qui a été instituée par Daniel. Elle semble avoir surtout pour but (encore une fois) de bien établir les lois qui régissent les deux principes, les deux sexes, parce que les tentatives de cultes rendus à des dieux mâles sont venues jeter la confusion dans l’idée divine et dans le droit divin qui en est la conséquence.
    On explique que la « Gnose » a en vue la lutte des deux Principes, le bien et le mal, la matière et l’esprit, qui sont les manifestations du masculin et du féminin dans la vie de relation, celle qui est opposée à la vie sexuelle et se manifeste par la réaction du pôle cérébral en opposition avec le pôle sexuel : tel est le mystère.
    Selon les premiers Gnostiques, la Divinité est l’émanation féminine, le Démi-ourgos ou Architecte de l’Univers, Sophia, la Sagesse.
    Elle a organisé la Terre et enfanté l’homme qui est devenu son adversaire, qui l’a combattue et a détruit son œuvre. Nous retrouvons ici la parabole de l’Arbre qui s’étendait sur le monde entier : la Mère.
    Mais les Gnostiques espèrent qu’une nouvelle incarnation de l’Esprit féminin viendra délivrer le genre humain de la domination du mauvais principe. Cette attente, qui s’est perpétuée à travers le temps, est devenue une tradition qu’on enseigne dans la F.M., parce qu’il paraît qu’un des apôtres du Gnosticisme aurait transmis à un petit nombre d’initiés la doctrine secrète et le moyen d’interpréter la Bible selon la doctrine. Ceci est très important. En effet, la Bible est un livre qu’il faut interpréter d’après la doctrine secrète, parce que dans sa forme moderne elle n’en a été que la copie, ou plutôt la parodie.
    Nous voyons que, d’âge en âge, elle nous fait des récits mensongers, mais à travers lesquels il reste quelques faits, quelques noms, qui nous mettent sur une piste.
    Pour suivre cette piste, pour comprendre les faits, pour découvrir les personnages (toujours rendus méconnaissables), il faut étudier la science secrète de la même époque, en tenant compte, encore, que même celle-là est masculinisée dans les temps modernes.
    Maintenant, nous voyons que, dans l’Apocalypse (ch. II, 17), on nous parle d’un nom nouveau qui va être donné aux fidèles de la première doctrine chrétienne, afin qu’ils ne soient pas confondus avec les imposteurs qui s’intitulaient aussi Chrétiens tout en propageant une doctrine nouvelle en opposition avec celle des Johanites.
    Le premier Christianisme va donc changer de nom et se fondre dans le Gnosticisme.
    Mais cette nouvelle forme de la doctrine évoluera aussi.
    Nous ne connaissons pas les premiers Gnostiques. On ne nous parle d’eux qu’à partir du IIème siècle, alors qu’ils ont eux-mêmes subi l’influence des idées régnantes et changé la primitive doctrine suivant leurs conceptions personnelles.
    A cette époque troublée, les esprits étaient partagés en deux courants opposés : le courant des idées féminines, conservées dans les Mystères, et qui s’appuyaient sur la Nature et ses lois, et le courant révolutionnaire représentant la révolte masculine contre l’ancien régime gynécocratique et théogonique, et, qui par opposition aux lois de la Nature, créait le surnaturel.
    Pour défendre cette mauvaise cause, les philosophes avaient déjà créé la casuistique ; mais entre eux se placent les Gnostiques qui créent la confusion.
    La traduction grecque de la Bible et les écrits des docteurs juifs avaient jeté les esprits dans le doute et dans l’agitation ; on voyait de tous les côtés s’élever de petites sectes qui expliquaient, à leur manière, les croyances anciennes dénaturées ou les nouveaux Evangiles.
    La Gnose, c’est, disent les Catholiques, la science humaine opposée à la science divine (1), alors que c’est au contraire la continuation de l’antique science divine, celle des Déesses ; c’est celle des Mystères, l’antique Théogonie que l’on ne comprend plus et que l’on va interpréter suivant l’esprit masculin, et c’est alors qu’elle deviendra la science humaine.
    Le mot Gnose signifie « connaissance ». Il fut évidemment employé par les féministes johanites qui cherchaient un nom nouveau pour remplacer le mot « Chrétien » dont leurs adversaires s’étaient emparés et qu’ils dénaturaient. Mais le mot Gnose devait avoir le même sort. Il devait être pris par des sectes masculines qui allaient aussi le dévier de sa signification primitive.
    C’est le sort de toutes les idées féminines d’être prises et dénaturées par des hommes. Tous les philosophes grecs peuvent être considérés comme les précurseurs des Gnostiques.
    Le mot Gnose a été introduit dans les écrits de Paul, par exemple dans Romains, 2-20,11-33, 15-14, et dans Corinthiens, 1-5, etc., ce qui prouve que ces écrits ont été revisés après l’apparition du Gnosticisme, donc après le IIème siècle.
    Ceux qui ont écrit l’histoire des Gnostiques nous disent qu’au début ils étaient divisés en quatre groupes, et dans ces groupes ils mettent toutes les sectes qui s’étaient formées depuis la propagande de Johana, pour soutenir sa doctrine ou pour la combattre ; confusion qui a pour but d’égarer l’opinion en mêlant le bien et le mal, la vérité et l’erreur sous le même nom.
    Ces quatre groupes sont :
    1° Les Écoles de Palestine, qui furent continuées par les Simoniens (disciples de Paul), les Corinthiens et les Nicolaïtes.
    2° Les Écoles d’Asie, continuées par les Marcionites.
    3° Les Écoles de Syrie, qui avaient pour chefs Saturnin et Bardesane d’Edesse.
    4°Les Écoles d’Egypte, qui brillaient avec Basilide et Valentin.
    Et on met parmi les principaux Gnostiques : Simon le Magicien (un des noms de Paul) et le diacre Nicolas qui tous deux trahirent la primitive École des Apôtres, puis Ménandre, Cérinthe, Basilide d’Alexandrie, Tatien, Ebion, Cerdon, Carpocrate, Saturnin, Marcion, Valentin, Marcus, Apelles, représentant des doctrines diverses.
    Il faut y ajouter les Elxaïtes et les Stratiotiques ou Barbélites. Chacun se faisait le chef d’un petit groupe. Quelques-uns prirent une grande influence sur leur époque et arrivèrent à faire triompher cette science humaine qui contribua à fonder le catholicisme.
    Le Christianisme, en discorde avec quelques-uns de ses premiers adeptes dès les premiers temps de son existence, fut l’objet de mille trahisons.
    Toutes les sectes gnostiques, quoique séparées et divergentes, se disaient chrétiennes. Mais toutes donnaient au Christianisme une interprétation particulière. Chacun se déclarait partisan d’une secte quelconque, souvent de plusieurs à la fois.
    Saint Epiphane compte 60 sectes.
    Saint Irénée en connaît plus de 130. Elles avaient des évêques, des diacres, des lecteurs, des diaconesses. Toutes favorisaient la révolution religieuse.
    Une de ces sectes avait une formule de serment que voici :
    « Je jure de travailler à l’affranchissement de l’humanité, de ne rien distraire du patrimoine commun à tous, ni mes biens, ni mon amour. Je jure de mépriser toutes les lois, toutes les institutions qui oppriment l’homme et le pervertissent : mariage, famille, patrie, société, et, dans la conquête du bonheur universel, rien ne me paraîtra coupable. »
    Le livre de perfection des Gnostiques s’appelait l’Évangile d’Eve. Saint Epiphane nous l’a conservé, et il nous dit que cet Evangile donne à l’arbre de vie douze fruits par an : Vidi arborem ferentem duodecim fructus in anno, et hoc est lignum vitae.
    (1) N’y a-t-il pas un rapprochement à faire entre la Gnose et les Gnomes, anciens auteurs de sentences, évidemment féminines, puisque, dans la suite, on fit de ce mot le nom des Esprits qui président à l’élément de la terre, comparée à la Femme dans les religions masculines ?
    Lien sur l’Israélisme : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/histoire-des-israelites.html
    Lien sur le Christianisme : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/origines-et-histoire-du-christianisme.html
    Cordialement.

    • Pierre-Yves Lenoble

      Je crois que vous confondez gnose (savoir profane), epignose (connaissance ésotérique) et gnosticisme (toutes les hérésies judaïques que vous mentionnez, si ils posaient deux principes, il n’y a d’ésotérisme). Si vous souhaitez connaître l’ésotérisme chrétien (c’est un pléonasme puisqu’il n’y a pas de loi exotérique dans le christianisme originel), lisez Origène, Denys, saint Clément, et surtout les Pères médiévaux (Guillaume de St Thierry, Hugues de Saint Victor, saint Bonaventure et surtout saint Bernard et thomas d’Acquin) ; les références que vous donnez (évangile d’Eve par exemple) sont des apocryphes écrits à la Renaissance. Cordialement

Répondre

D'autres nouvelles

Articles

Réflexions estivales

-Les pseudo-catholiques traditionalistes qui dénoncent la gnose n’ont pas honte ...

Les deux portes

  « C’est ainsi qu’il y a des lieux qui sont plus ...

La sacralisation du pouvoir

« Ce mot de roi est un talisman, une puissance magique ...

Du héros à l’anti-héros

« Étant réel et sacré, le mythe devient exemplaire et par ...

Le symbolisme des géants

« Les géants, à ce qu’on assure, voulurent conquérir le royaume ...

Les mondes engloutis

 « Alors le dieu des dieux, Zeus, qui règne suivant les ...

Le pont périlleux

 « Ainsi, le passage du pont n’est pas autre chose en ...

La représentation du monde des Anciens

« Ce qui est en bas est comme ce qui est ...

Petit précis de subversion

« L’être qui ne sait pas dominer ses impulsions instinctives devient ...

Soutenez mes travaux sur Tipeee

http://www.tipeee.com/user/lenoble-pierre-yves

La danse macabre de l’humanité

-La subtilité du monde extérieur dépend intimement et synchroniquement de ...

Aphorismes

L’homme qui ne se connaît pas est ontologiquement inférieur au ...

L’universalisme véritable

« Il existe bien des chemins de recherche, mais la recherche ...

Le secret sacré

« Il n’y a de joie que dans l’infinitude. Il n’y ...

La fin d’un monde

« L’histoire de l’Europe au cours de la fin du Moyen ...

Métaphysique de la caverne

« Aucune émotion en lui ; dans son ascension, il n’avait plus ...

La gamme cosmique

« Par delà tous ces cieux le dieu des cieux réside », ...

La contrefaçon de l’âge d’or

« Ne vous ai-je pas annoncé au sujet de l’antéchrist un ...

Le moi et le Soi

  « Fais monter le soi par le Soi, ne laisse pas ...

L’âne volant

Nous nous proposons ici d’expliciter la riche symbolique de ce ...

La légende du Roi endormi

« Aux approches du Jugement, la Terre sera glacée de crainte. ...

Le symbolisme des plantes

« L’homme est une plante céleste, ce qui signifie qu’il est ...

La doctrine traditionnelle des races et des castes

« Il (Dieu) donna en partage aux Brâhmanes l’étude et l’enseignement ...

Jeanne d’Arc : idiote utile ou sorcière ?

« Nous avons dû brûler livres et cahiers, confesser notre ignorance, ...

De l’incompatibilité de la Tradition et de la Nation

Mélanger les concepts de Tradition et de nation, comme on ...

Liens pour se procurer nos ouvrages

Archè Milano

Métaphysique du moyen-âge : https://www.arche-edizioni.com/categorie/product/view/54/415.html http://www.editionsarche.com/PBSCProduct.asp?ItmID=14755129 Le symbolisme du Centre : https://www.arche-edizioni.com/epz-novita-ita/product/view/63/470.html http://www.editionsarche.com/PBSCCatalog.asp?ItmID=23783805  

Fiat Lux

Diablerie de foule – Le chemin vertical – Vie et ...

Soutenez-moi sur Tipeee

http://www.tipeee.com/user/lenoble-pierre-yves

Soutenez mon travail sur Tipeee

Soutenez mon travail sur Tipeee

http://www.tipeee.com/user/lenoble-pierre-yves

Habitants |
Paganismeceltique |
Tournée FJ en Bretagne |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les SALAFIS ne suivent pas ...
| Catholiques à Livry-Gargan
| Matregbezawe